Bassin libéré, dos soulagé, esprit apaisé

Cultiver sa mobilité corporelle, c’est s’épargner bien des douleurs tant physiques que mentales. En effet, tous nos problèmes affectifs et moraux s’inscrivent dans notre musculature. Libérer les hanches de leurs tensions soulage le dos de ses contractures. 3 points essentiels :

  • flexibilité du psoas-iliaque et du droit antérieur : ces muscles en se rétractant tirent sur l’avant du bassin provoquant l’hyper lordose lombaire. C’est le fameux « mal aux reins ». Attention, la lordose lombaire est une courbure naturelle de votre dos qu’il faut respecter, trop de gens ont cette phobie de travailler le dos cambré et de ce fait s’obstinent à l’effacer en appliquant la règle du dos toujours plaqué (adapté les règles à votre cas). Il ne suffit pas d’être sportif pour souffrir de cette région, rien que par le biais d’une émotion, d’une peur ou d’une contrariété, les muscles psoas déjà très puissants peuvent se contracter. La raison est que ces derniers sont proches des plexus solaires et semi lunaire, les deux plus important, en raison de leur dimension, de notre système nerveux sympathique. Nos émotions sont reliées à ce système qui régule nos joies et nos peines. Vous comprenez maintenant qu’un trop plein d’émotions va perturber ce système en faisant réagir violemment nos psoas iliaques. Etirer donc ces muscles en position de fente avant par exemple. Tout en cherchant à vous grandir, vous devez maintenir le ventre rentré et le fessier de la jambe en arrière contracté pour une meilleure efficacité.
  • flexibilité des ischios jambiers : l’extensibilité des muscles postérieurs de la cuisse permet de se pencher en avant sans arrondir de manière excessive son dos. Il n’est pas proscrit de se pencher en avant comme on le dit souvent, vous devez simplement le faire correctement en faisant partir le mouvement des hanches. Poussez donc vos fesses en arrière, cela assouplira aussi vos ischios, surtout la jonction fessier/haut de l’arrière de cuisse (une région souvent atrophié et molle). Pour cela, apprenez à faire du soulevé de terre roumain ou du good morning.
  • flexibilité des moyens fessiers, du tenseur du fascia lata et des adducteurs pour la symétrie pelvienne. Les fessiers sont fréquemment rétractés d’un coté plus que de l’autre (d’où les mauvaises postures en position debout) et ce déséquilibre se répercute dans le bas dos.

Assouplir son corps, c’est se défaire d’un surplus de « charges. »Vous serez plus léger. Rester dans la raideur est comme garder sur soi des vêtements qui nous sont trop petits et un jour…ca craque ! Gardez l’esprit ouvert car raideur et rancœur vont de pair. Pratiquez régulièrement et soyez patient.