8 règles pour rester mince

  1. Un petit déjeuner protéiné et gras. Le matin, notre corps sécrète plus de protéases et de lipases, deux enzymes qui vont respectivement métaboliser les protéines et les lipides. En déclenchant un pic d’insuline dès le matin à coup d’aliments glucidique (céréales,fruits…), vous êtes parti pour avoir des envies de sucres toute la journée et de faire le yoyo avec votre énergie ! Si vous souhaitez éviter le fameux coup de barre de l’après midi, c’est dès le matin qu’il faut avoir les bons réflexes ! Les œufs entiers représentent un excellent choix, de par leurs bonnes teneur en protéines et matières grasses. Par exemple,le jaune d’œuf contient de la choline, nutriment précurseur de l’acétylcholine, un neurotransmetteur essentiel au développement des qualités cognitives. De plus, ce bon métabolisme des graisses matinales favorisera dans la nuit qui suit, le renouvellement cellulaire et hormonal de votre corps. Un léger apport en glucide est possible (et jamais de source rapide), mais celui ci sera sagement calibré en fonction de votre objectif (prise de masse, sèche, ou santé tout simplement…) et surtout, selon votre sensibilité à l’insuline. Si déjà, vous avez des poignées d’amour, dehors les glucides !
  2. Des protéines et encore des graisses à chaque repas. Les protéines ne font pas sécher à proprement parler. Aucune protéine n’a ce super pouvoir. En revanche, elles maintiendront actif votre métabolisme, votre masse musculaire et favoriseront une meilleur satiété. Les protéines coupent la faim en augmentant l’hormone gastrique PYY (peptide YY). Cette hormone,produite par les cellules de l’estomac, est véhiculée jusqu’au cerveau après être passée dans le sang, elle atténue la faim et accentue de ce fait la sensation de satiété.  Adjoignez y des graisses pour prolonger ce processus. De plus,l’ajout de graisses évitera que vos protéines ne soient brûlées à des fins énergétique et donc gaspillées ! Si c’est le cas,votre organisme n’en aura pas assez pour couvrir le maintient de votre masse musculaire, le renouvellement cellulaire, hormonal… Le classique « poulet-haricot verts » sans graisses pour sécher est contre productif ! Ou encore, la « fameuse » salade sans huiles ! De plus, sans matières grasses, vous ne pourrez absorber les nutriments liposolubles (vitamines A,D,E,K,coenzyme Q10,bêta- carotène,lycopène…) contenus dans vos végétaux. Au lieu d’être absorber, ces précieux nutriments finiront dans vos toilettes. Gaspillage et carence en vue! Consommez par exemple, au moins, 1 à 2 cuillères à soupe d’huiles d’olives à chacun de vos repas. Quantifiez vos besoins avec un spécialiste.
  3. Considérez les féculents comme des friandises et non comme un aliment essentiel du repas. A condition de consommer suffisamment de protéines et de lipides, la quantité idéal de glucides à consommer semble être proche de…zéros ! Il n’existe pas de glucides essentiels, alors qu’il existe des acides aminés et des acides gras essentiels sans lesquels le corps ne peut fonctionner correctement !
  4. Si vous devez consommer des glucides genre féculents, ne les associez pas à des lipides ou réduisez les un peu. Donnez à votre corps le choix de brûler l’un ou l’autre de ces deux énergies. Voyez les graisses comme de grosses buches qui vont lentement se consumer et vous assurer une énergie durable. Les sucres seraient plutôt comme du bois de cagette ! Le mieux, associer glucides et protéines, mais jamais, et c’est une règle d’or, de glucides seuls ! Au cours d’un repas, mangez les glucides en dernier (comme un dessert). Après vos protéines et vos légumes, vous en consommerez moins, voir pas du tout car vous serez sans doute déjà bien rassasiés.
  5. Renoncez à l’alcool ou pas plus de 2 fois par semaine. Certains alcools peuvent faire monter l’insuline et bloquer la combustion des graisses.
  6. Mangez consciemment et cessez dès que vous êtes rassasié. A table, bannissez toute distraction (portable ou fourchette, il faut choisir !) et concentrez vous sur les sensations que vous procure votre repas. Ce « premier » pas vers la conscience de soi, ou pleine conscience vous rapprochera de votre vrai moi ou résident les valeurs, les objectifs, les idéaux et les réponses.
  7. Soyez authentique avec vous même. Distinguez faim physique et psychique. Posez vous des questions « De quoi ai je vraiment faim? ». Si vous accédez à la pleine conscience, vous ferez les meilleurs choix à chaque instant. Changez d’abord vos pensées et vos actions suivront. L’erreur la plus courante est de faire le chemin inverse. Les gens essaient de changer leurs habitudes, mais dans leur esprit, ils ne sont pas prêts, c’est la symphonie des pensées contradictoires et cette cacophonie vient bloquer la plus puissante des forces : la détermination.
    Apprenez à vous connaitre au lieu de vous laisser guider par d’anciens schémas comportementaux. On ne peut changer que les choses dont nous avons conscience. Bon choix dans la tête, bon choix dans l’assiette…
  8. Votre alimentation doit être en harmonie avec votre corps. A chaque bouchée, il n’y a pas que la nourriture qui pénètre votre métabolisme mais aussi l’expérience que vous en faites. Le message « Nous sommes ce que nous mangeons et…digérons » prends ici tout son sens.